Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découverte du polar nordique

Matti Yrjänä JOENSUU

19 Juin 2014, 04:38am

Publié par mille et une histoires

Publication en 2000 chez Folio policier ( Editions Gallimard )

Publication en 2000 chez Folio policier ( Editions Gallimard )

   

Harjunpää et le fils du policier :  publié sous le titre original "Harjunpää ja poliisin poika"  en 1983. C'est le cinquième titre de la série , le premier traduit en français. L'auteur lui a donné le sous-titre "Roman à propos d'un crime et de ce que l'on ne voit que dans l'oeil de son voisin".

   

Helsinky , durant un mois de juillet chaud et orageux. Timo Juhani Harjunpää est inspecteur à la police urbaine d'Helsinki. Sous les ordres de Norri , il fait équipe avec Häkönen , Vähä-Korpala et Onerva une jeune femme.

Un passant a été assassiné à coups de pierres dans une banlieu d'Helsinki . Pour le lecteur aucune difficulté pour identifier les coupables. Mais cela ne nuit pas à l'intérêt de ce roman bien au contarire. Le quotidien d'Harjunpää et de ses collègues se révèle passionnant dans leur enquête ordinaire : filatures , planques , patrouilles en Lada. Ils communiquent entre eux par radio ( cf chapitre 4 ) :

"Huit - deux - quatre  appelle Huit - neuf - un. Est-ce que vous me recevez ?"

---

"Répondez , Huit - neuf - un"

---

"Ici Harjunpää . J'appelle Norri ou Härkönen"

---

"Ici Norri . Je suis à Kaisaniemi . Je t'écoute"

---

"Il y a des oreilles indiscrètes ?

Je vais baisser le son , dit Norri . Vas-y"

---

Ces policiers ordinaires traquent des petits malfrats désoeuvrés , délaissés par leurs parents et qui vivent en marge de la société . Sous l'emprise de l'alcool , ils deviennent de plus en plus violents jusqu'à commettre des crimes sordides. La fin du roman est un mélange d'action et d'émotion , la peur que ressent Harjunpää est palpable. L'épilogue est tragique mais comment pouvait-il en être autrement ?

  

Première publication chez Gallimard en novembre 1997.

Première publication chez Gallimard en novembre 1997.

Commenter cet article