Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découverte du polar nordique

Liza MARKLUND ( suite )

15 Août 2016, 07:01am

Publié par mille et une histoires

Liza  MARKLUND  ( suite )

La fondation Paradis :  publié en Suède sous le titre original de "Paradiset" en 2000.

Octobre, plus de deux ans ont passé depuis qu'Annika Bengtzon a tué son petit-ami, une mort tragique mais la justice a été logiquement clémente. Elle a gardé son emploi au journal "La presse du soir" sous le regard protecteur d'Anders Schyman directeur de la rédaction.

Annika travaille comme correctrice au secrétariat de rédaction dans l'équipe de nuit. Elle complète, vérifie les faits, réécrit, rédige les légendes des photos et les manchettes de la une pour un résultat remarquable. Elle sait aussi prendre de bonnes initiatives sur son temps libre le jour pour faire du journalisme. Elle prépare un article sur la "fondation Paradis", une structure qui aide en liaison avec les services sociaux des communes les femmes et les enfants menacés de mort à se faire une nouvelle vie. Lorsque Aïda Begovic originaire de Bijelina en Bosnie téléphone à "La presse du soir" pour appeler à l'aide, Annika n'hésite pas, la "fondation Paradis" est la seule issue pour sauver cette jeune femme témoin d'un double meurtre et menacée de mort par la mafia d'ex-Yougoslavie qui est en conflit entre bandes rivales : un semi-remorque rempli de cigarettes de contrebande a disparu dans le port franc de Stockholm et avec lui les cinquante millions de couronnes que le chargement représentait.

Annika se demande si elle a bien fait de confier Aïda à la fondation car ses recherches sont encore incomplètes. Elle a peur de s'être trompée. Lorsqu'elle croise Thomas Samuelsson, comptable au service d'aide sociale de Vaxholm, qui lui exprime des doutes sur l'honnêteté et l'efficacité de la "fondation Paradis", Annika n'hésite pas et se jette à corps perdu dans son enquête pour confondre les malversations financières de la fondation et sauver Aïda quitte à s'opposer à la mafia internationale.

Les enquêtes d'Annika Bengtzon sont aussi passionnantes que l'héroïne est attachante, à la fois angoissée, amoureuse, dévouée, habile, entreprenante ou ébranlée par le décès de sa grand-mère. J'ai hâte de retrouver Annika comme reporter à la rubrique criminalité du journal de Stockholm "La presse du soir".

 

Liza  MARKLUND  ( suite )
Liza  MARKLUND  ( suite )

Commenter cet article