Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découverte du polar nordique

Olivier TRUC

18 Juin 2017, 16:20pm

Publié par mille et une histoires

Olivier TRUC

Le dernier lapon : l'auteur est français ( voir ici http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2017/02/olivier-truc.html  ). Ce titre est la première enquête de la Police des rennes ( parution en 2012 ).

Bien au delà du Cercle Polaire arctique, lorsque l'hiver s'installe, les frontières disparaissent sous la neige et la glace. Nous sommes en Laponie où vit le peuple Sami, la dernière population aborigène d'Europe. Paul - Emile Victor y a mené des études en 1939. Le peuple Sami vit de l'élevage des rennes. La Police des rennes dépend de l'Office de gestion des rennes. Elle a un rôle de médiation et de prévention des conflits entre éleveurs. Parfois les troupeaux se mélangent, pour eux non plus il n'y a pas de limites dans les pâturages. Et puis selon les saisons, ces animaux semi-sauvages migrent. La Police des rennes existe vraiment en Laponie norvégienne ( c'est en Norvège que la minorité Sami est la plus représentée ) Olivier Truc a imaginé qu'elle intervenait partout en Laponie, jusqu'en Suède et en Finlande. En préface, une carte situe cette région et ses principales localités.

Klemet Nango et Nina Nansen constituent une patrouille de la Police des rennes rattachée au poste de Kautokeino en Norvège. De là une route mène en Finlande et une autre vers la Suède où se situe à Kiruna le QG de cette unité de police improbable. Klemet est lapon de Suède et un policier expérimenté, il a participé à l'enquête sur le meurtre du premier ministre Olof Palme. Nina de trente ans plus jeune est norvégienne et débute dans la police.

Mattis Labba un modeste éleveur de rennes a été sauvagement assassiné. Il s'agit sans doute d'un règlement de compte entre éleveurs comme le pense Rolf Brattsen du commissariat local. Klemet a des doutes renforcés par le fait qu'en même temps un tambour traditionnel Sami a été volé. Il resterait dans le monde soixante et onze tambours samis, tous dispersés dans des musées européens ou dans des collections privées. Les pasteurs luthériens en ont brûlé des milliers. Le seul qui était en pays Sami et qui devait être présenté à une délégation de l'ONU, a été volé. Klemet ne croit pas à une coïncidence. Mais il lui est délicat d'engager une enquête criminelle, ce n'est pas dans les prérogatives de la Police des rennes. Mais sa mentalité samie, sa sensibilité samie le font chercher et il entraîne la sympathique et habile Nina et le lecteur dans un exceptionnel voyage aussi initiatique que dépaysant. Dans ce roman, le lecteur sait toujours très précisément où et quand se déroule l'action ( ces renseignements figurent en tête de chapitre). En Laponie centrale durant la nuit polaire le jour n'existe pas. Ce n'est que "le 11 janvier, entre 11 h 14 et 11 h 41, que Klemet redevient un homme, avec une ombre".

Impacts du réchauffement climatique, prospections minières dans des zones naturelles fragiles, traditions du peuple Sami, extrémismes religieux, racisme, enquête et action : Olivier Truc réussit brillamment un amalgame à priori compliqué.

Le dernier lapon pour moi se nomme Aslak Gaupsara. Il sait apprivoiser les éléments naturels particulièrement inhospitaliers. Sa vie tragique résume à elle seule toute la détresse du peuple Sami que ce roman m'a permis de découvrir. Des joïk résonnent das ma tête, j'imagine un gumpi dans le vidda, j'aime la neige, le froid et la glace. J'ai été distrait par cette énigme et l'enquête habilement construite. J'ai été attiré par cette région au delà du pôle nord. J'ai été révolté par les mentalités et le comportement de certains êtres humains que je qualifie d'envahisseurs.

Olivier Truc offre au roman policier scandinave une vision inhabituelle et criante de vérité. Et il est français, voir ici  http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2017/02/olivier-truc.html

 

Olivier TRUC
Olivier TRUC
Olivier TRUC
Olivier TRUC

Commenter cet article

Collectif Polar Ge 21/06/2017 05:17

Impossible d;être passé à coté. Ce titre à tout rafflé sur son passage. Pas un prix ne lui a échappé lors de sa sortie.
Dés qu'il était en compétition, les lecteurs l'ont plébiscité.
Seul peut-être l'année suivant le Yeruldelgger de Ian Manook à fait mieux.

lecteur 21/06/2017 16:20

C'est vrai, 2 auteurs excellents