Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découverte du polar nordique

Ragnar JÓNASSON

22 Juillet 2017, 16:41pm

Publié par mille et une histoires

Ragnar  JÓNASSON

SNJÓR :  roman traduit depuis l'édition anglaise et publié en France en 2016. Le titre original est "Snjóblinda" ( Islande - 2010 ). Premier titre de la série Dark Iceland ( voir ici http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2017/03/ragnar-jonasson.html )

Ari Thór Arason, bientôt vingt cinq ans, après des études de philosophie et de théologie est en formation à l'école de de police de Reykjavik. Fasciné par son futur métier, il est impatient de rejoindre sa première affectation alors qu'il n'a pas encore passé son examen final. Il a postulé à Siglufjördur, une petite bourgade au Nord de L'Islande : "le village était plus proche du cercle polaire que de Reykjavik". Il va s'y rendre seul, sa petite amie Kristín n'a pas achevé ses études, elle est en cinquième année de médecine.

Il prend ses fonctions en novembre ( de l'année 2008 ). En hiver, Siglufjördur n'est accessible que par un vieux tunnel et une route étroite et verglacée. Le sergent Tómas dirige le poste de police, Hlynur complète le trio. Ari Thór que ses collègues surnomment bien évidemment "le Révérend" en raison de ses études de théologie, loge seul dans une grande maison. "Personne ne ferme sa porte à clé ici. A quoi bon ? Il ne se passe jamais rien à Siglufjördur". Ari Thór va-t-il s'intégrer dans cette petite communauté très soudée qui a presque cessé d'exister après la disparition de la pêche au hareng et ce n'est pas le crash financier de 2008 qui va l'aider à survivre.

Il neige. Les déplacements sont difficiles, même à pieds. La tempête fait rage. Les congères. Une avalanche... Ari Thór est envahi par un malaise fait de nostalgie, de claustrophobie et de solitude. Comme il est le dernier arrivé au poste de police, il est de permanence à Noël, seul. Il sent que les sentiments de Kristín sont de plus en plus distants. Ari revit son enfance douloureuse, la mort de sa mère et la disparition de son père. Le lecteur n'est pas épargné par un malaise où la curiosité est très présente : que va-t-il se passer à Siglufjördur ?

Pour se distraire, entre deux lectures, Ari prend des leçons de piano. Ugla sa jeune et belle professeur devient une amie et confidente. Grace à elle il va connaître les membres de la Société dramatique, une troupe amateur qui répète une pièce de théâtre. Tout n'est pas simple dans ce groupe au sein duquel jalousie et rivalités ponctuent les répétitions. Un des acteurs fait une chute dans un escalier. Il s'est passé quelque chose à Siglufjördur ! Mais Ari est bien le seul à ne pas y voir un accident. "Comment espérer découvrir le fin mot de cette affaire dans un endroit où tout le monde se connaissait si intimement ? Vieux camarades de classe, anciens collègues, amis, parents : tous les habitants de Siglufjördur semblaient connectés les uns aux autres par d'innombrables liens". Et puis un vrai crime est commis, une femme poignardée. C'était l'épouse d'un acteur de la Société dramatique. Le blanc de la neige est souillé de sang.

Il ne se passe jamais rien à Siglufjödur ... mais le lecteur ne s'y ennuie pas. Dialogues, chapitres courts, entraînent de manière alerte le lecteur qui très vite se passionne pour un quotidien à la fois banal et angoissant avant d'être captivé par l'enquête d'un jeune policier habile.

Difficile de ne pas penser à un autre auteur islandais, Árni THÓRARINSSON dont le héros Einar se retrouve également dans une petite ville isolée dans le nord de l'Islande ( voir ici http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2017/01/arni-thorarinsson.html ) avec le meurtre d'un acteur de théâtre amateur à résoudre. La similitude s'arrête là, les deux ambiances sont très différentes et tout oppose les deux héros. Décidément il se passe beaucoup de choses au fond des fjords du nord de l'Islande, pour notre plus grand plaisir.

 

Commenter cet article