Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découverte du polar nordique

Maj SJÖWALL et Per WAHLÖÖ ( suite )

4 Juin 2014, 17:30pm

Publié par mille et une histoires

Maj SJÖWALL  et  Per  WAHLÖÖ  ( suite )

L'homme qui partit en fumée :

Le roman d'un crime , deuxième titre de la série.

Publié sous le titre original de "Mannen some gick upp i rök"  en 1966. La préface , pour les Editions Rivages ( publication en 2008 ) , a été écrite par Val McDermid ( romancière écossaise).

Deux ans après Roseanna ... présenté ici  http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2014/04/maj-sjowall-et-per-wahloo.html  .

Le journaliste Alf Matsson , spécialiste des pays de l'est où il séjourne souvent , a disparu alors qu'il séjournait à Budapest fin juillet , une disparition complète , sans laisser de trace. Alf Matsson a disparu comme parti en fumée.

Martin Beck annule ses vacances familiales d'août pour se rendre en Hongrie à la demande du Ministère des affaires étrangères qui ne souhaite pas ébruiter l'affaire afin de ne pas détériorer ses relations avec un pays situé de l'autre côté du rideau de fer. Le journal pour qui travaillait Matsson demande aussi de la discression car il estime que cette disparition est un scoop qui lui appartient.

A Budapest , Martin Beck ne peut que constater et vérifier ce que tout le monde sait : Alf Matsson a bien débarqué à l'aéroport puis il a disparu le lendemain après avoir quitté son hotel. Entre deux vérifications , Beck doit tuer le temps. Alors que la capitale hongroise vit un été canniculaire, il s'adonne au tourisme ( visites un peu gâchées par la surveillance policière dont il est l'objet ). Des ébauches d'explications se dessinent , parfois sources de dangers ou de rencontres féminines , mais tout aboutit à des impasses.

Pendant ce temps à Stockholm , l'inspecteur Lennart Kollberg tente de cerner la personnalité d'Alf Matsson en se rapprochant de la bande d'amis que le journaliste fréquentait. Très vite Martin Beck le rejoint , il est désireux de reprendre l'enquête à zéro en examinant dans le moindre détail ce qu'a fait Matsson avant de rejoindre Budapest.

Le lecteur retrouve dans ce deuxième volet du "Roman d'un crime" toutes les composantes du roman policier tel que l'ont imaginé Maj Sjöwall et Per Wahlöö : le contexte géographique très bien décrit ( la visite de Budapest est aussi dépaysante et éprouvante à cause de la chaleur pour Martin Beck que pour le lecteur ) , une vision de la société suèdoise à travers le groupe d'amis auquel appartient Matsson et puis il y a la tenacité des policiers qui ne rechignent jamais à refaire toujours et encore les mêmes vérifications ( comme le contenu de la valise du journaliste ) jusqu'à découvrir l'infime détail qui cloche. Cet infime détail, je l'avais entreaperçu dans le début du roman ce qui m'a permis peu à peu d'imaginer la clé de l'énigme.

 

"L'homme qui partit en fumée"  -  Editions 10 / 18 ( 1986 )

"L'homme qui partit en fumée" - Editions 10 / 18 ( 1986 )

"L'homme qui partit en fumée"  -  Editions Planète ( 1970 )

"L'homme qui partit en fumée" - Editions Planète ( 1970 )

Commenter cet article